Conseils Pratiques Détection

Le guide de la chasse aux trésors avec un détecteur de métaux

La détection de métaux est une activité de loisir faisant partie à la grande famille des chasseurs de trésors. Ce loisir peut se pratiquer à tout âge et consiste à utiliser un détecteur de métaux pour tenter de découvrir ce qu’il se cache sous nos pieds. En France, la communauté des détectoristes se dénombre à environ 250 000 individués en France. La majeure partie du temps, ces prospecteurs de métaux ne trouvent que des déchets métalliques. Mais de temps en temps, ils arrivent à trouver des ancienne pièces de monnaie, des boutons, des outils usuels anciens (cuillères, dès à coudre,…), douilles, …

Pour pratiquer ce loisir, une règlementation existe et stipule qu’une recherche ciblée et volontaires d’objets archéologiques sort du cadre d’une activité de loisir. Pour être en règle, vous devez avoir une autorisation écrite du propriétaire du terrain à prospecter, et en cas de découvertes historiques, vous devez déclarer votre trouvailles auprès des archéologues.

Coté matériel, le détecteur de métaux n’absolument plus rien a voir avec les premières machines : multifréquence simultanée, discrimination, vitesse de récupération, compensation de l’effet de sol, ces appareils possèdes des algorithmes de calcul permettant de détecter plus profondément et de manière précises des objets métalliques de tout type (or, argent, électrum, bronze, aluminium, cuivre et fer). Bien plus qu’un simple passe-temps, la détection de métaux contribue à préserver l’histoire perdu sous terre et à dépolluer l’environnement en retirant les déchets métalliques. En fin de compte, cette activité offre une immersion dans le passé et renforce le lien entre les hommes et leur patrimoine.

Cet article permet de vous montrer un aperçu complet de la pratique de la détection de métaux, en soulignant l’importance du respect des réglementations et en mettant en évidence les avantages écologiques et culturels de cette activité.

Réglementation des détecteurs de métaux : Points à connaître [PODCAST]

En quoi consiste la prospection avec un détecteur de métaux ?

Contrairement à ce que beaucoup croient, trouver un trésor ou même trouver un bel objet avec un détecteur de métal reste un exploit, car la prospection se fait totalement au hasard. Qui peut savoir à l’avance ce qu’il y a dans le sol juste en le regardant ? La détection de métaux demande donc de la patience et de la persévérance.

Tous les prospecteurs qui pratiquent ce loisir vous diront la même chose : la détection est une autre façon de jouer au loto. Oui, on gagne parfois, mais pour trouver surtout des cochonneries en aluminium qui finiront à la poubelle. Que ce soit des passionnés de monnaies et de divers objets, des écologistes, ou tout simplement des gens souhaitant passer un bon moment en pleine campagne, la détection est ouverte à tous et à tout âge.

Mais quelques fois, vous pouvez tomber sur une belle monnaie ancienne perdue par nos ancêtres. Mais ce qui passionne ces chasseurs de trésors, c’est de comprendre pourquoi et comment cette pièce a atterri là. C’est bien là tout l’intérêt de cette passion.

Le principe est de donc de se balader dans un champ, au hasard, avec son détecteur de métaux dans une main et une petite pelle dans l’autre. Balayer le sol, au rythme de vos pas, pour couvrir un maximum de surface avec le disque du détecteur et écouter les sons dans son casque produit par le détecteur si celui-ci détecte un objet métallique en dessous.

Ce bruit, c’est un “bip bip”. Mais, comme on nous a expliqué, les appareils de détection actuels permettent de différencier certains métaux comme le fer indépendamment des autres. Les sont étant différents en fonction des métaux, de leur conductivité magnétique et du champ magnétique généré, le détecteur utilise donc toute une panoplie de son et de tonalité qui permettent à l’utilisateur, avec un peu d’entraînement de les différencier.

Avec l’expérience, vous arriverez à savoir ce qui est une cible intéressante d’un simple clou en fer. Il faudra alors creuser tout autour de la cible pour la déterrer. Il ne restera plus qu’à récupérer l’objet et la nettoyer si celle-ci est intéressante ou la mettre dans votre sac-poubelle si elle est destiné à la poubelle.

Récupérer les déchets est une des actions les plus utiles des prospecteurs de métaux. Vous en doutez ?

la détecton de métaux et les utilisateurs de détecteurs de métaux ont une utilité pour éviter ce genre de désagréments.
La détection de métaux et les utilisateurs de détecteurs de métaux ont une utilité pour éviter ce genre de désagréments. Les prospecteurs dépolluent énormément de déchets contenus sous terre.

Quel est la réglementation pour utiliser un détecteur de métaux ?

Comme tout loisir, il y a une réglementation. Pour la détection, voici ce qu’il faut respecter ! Vous pouvez lire notre article qui parle exclusivement de la réglementation de la détection de métaux en France.

Que dit exactement la loi ?

RAPPEL DE LA LOI (article L542) : Nul ne peut utiliser du matériel permettant la détection d’objets métalliques, à l’effet de recherches de monuments et d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie sans avoir, au préalable, obtenu une autorisation administrative. En dehors de la recherche d’objets archéologiques, l’utilisation d’un détecteur de métaux ne nécessite pas d’autorisation particulière, à part bien sûr celle du propriétaire du terrain.

19 décembre 1989 Journal officiel de la République française : Loi n°89-900 du 18 décembre 1989 relative à l’utilisation des détecteurs à métaux

Art.1. – Nul ne peut utiliser du matériel permettant la détection d’objets métalliques, à l’effet de recherches de monuments et d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie sans avoir, au préalable, obtenu une autorisation administrative délivrée en fonction de la qualification du demandeur ainsi que de la nature et des modalités de la recherche.
Art.2. – Toute publicité ou notice d’utilisation concernant les détecteurs de métaux doit comporter le rappel de l’interdiction mentionnée à l’article 1er de la présente loi, des sanctions pénales encourues, ainsi que des motifs de cette réglementation.
Art.3. – Toute infraction aux dispositions de la présente loi et des textes pris pour son application est constatée par les officiers, agents de police judiciaire et agents de police adjoints, ainsi que par les fonctionnaires, agents et gardiens visés à l’article 3 de la loi 80-532 du 15 juillet 1980 relative à la protection des collections publiques contre les actes de malveillance.
Art.4. – Les procès-verbaux dressés par les diverses personnalités désignées à l’article 3 ci-dessus font loi jusqu’à preuve contraire et sont remis ou envoyés sans délai au procureur de la République dans le ressort duquel l’infraction a été commise.
Art.5. – Après l’article 4 de la loi 80-532 du 15 juillet 1980 précitée, il est inséré un article 4 bis ainsi rédigé : «Art.4 bis. – Toute association agréée déclarée depuis au moins trois ans, ayant pour but l’étude et la protection du patrimoine archéologique, peut exercer les droits reconnus à la partie civile en ce qui concerne les faits réprimés par les articles 257-1 et 257-2 du code pénal et portant un préjudice direct ou indirect aux intérêts collectifs qu’elle a pour objet de défendre. Un décret en Conseil d’Etat fixe les conditions dans lesquelles les associations visées à l’alinéa précédent peuvent être agréées.»

Avoir l’autorisation du propriétaire terrien

Vous ne pouvez pas vous balader chez les gens leur avoir demandé l’autorisation de fouler leur terrain. Il faut donc prendre contact avec le propriétaire pour lui demander l’autorisation de pratiquer votre loisir. Idéalement, il faut faire cette demande par écrit en mettant en avant le motif légal de votre activité, à savoir la recherche d’objets perdus.

Voici quelques exemples de motifs légaux :

  • Recherche de pièces agricoles,
  • Recherche d’un objet perdu précis, bijoux de familles, bornes.
  • Recherche de pièces de monnaies modernes (c’est-à-dire datant d’après 1875).

Il est interdit d’utiliser un détecteur de métaux sur un site archéologique ou à proximité

Détecter sur un site archéologique est du pillage archéologique. Il est donc interdit d’y détecter qu’il soit en cours d’analyse ou si le site de fouille est terminé. Un site archéologique est une zone et garde son statut “archéologique” indéfiniment.

Article L542-1 du Code du Patrimoine (reprenant la loi 89-900)

«Nul ne peut utiliser du matériel permettant la détection d’objets métalliques, à l’effet de recherches de monuments et d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie, sans avoir, au préalable, obtenu une autorisation administrative délivrée en fonction de la qualification du demandeur ainsi que de la nature et des modalités de la recherche.»http://www.viveladetection.com/loi-francaise/

La détection de loisir est une pratique qui est légale et la commission Européenne ne voit pas la détection de métaux comme une mauvaise chose, bien au contraire. Elle estime que les prospecteurs pourrait aider et soutenir les archéologues dans le cadre de l’archéologie préventive. Mais nous allons voir que l’archéologie Française ne le voit pas de cet œil-là.

Aussi il faut bien dissocier la prospection archéologique et la prospection de loisir. Le premier est soumis à une autorisation préfectorale et réservé aux professionnels de l’archéologie, le second est juste de la recherche d’objets métallique sans discernement de leurs natures. Comme le précise le député Emmanuel Hamel au Journal Officiel :

«Seule la détection archéologique est soumise à autorisation administrative. Le projet de loi préserve ainsi la liberté de la détection de loisir. S’il advenait que des juges soient saisis pour appliquer les sanctions prévues par ce projet de loi, je souhaite qu’ils se souviennent que ce dernier n’aura été voté qu’en fonction de cet élément important qui est contenu dans le rapport ».http://www.viveladetection.com/loi-francaise/

Un loisir pourtant en danger, mis à mal par certains archéologues

Il est vrai que ce qui intéresse les prospecteurs, c’est trouver un objet historique, une rareté. Comme nous l’avons précisé plus haut, bien qu’un détecteur puisse localiser une cible métallique, si le prospecteur a choisi son terrain de chasse au hasard, il ne peut pas connaitre la nature de l’objet sans le déterrer. De ce fait, la prospection avec un détecteur de métaux est une activité dont le hasard est prépondérant.

Pourtant, certains archéologues voient la détection de loisir d’un mauvais œil. En effet, ils mettent en avant qu’un objet historique sortie de son contexte (donc du sol) n’a plus de valeur historique. Pour rappel, l’archéologie et tout objet qu’ils découvrent appartient au patrimoine national et collectif donc à tout le monde et à personne.

C’est sur cet argument qu’une partie des archéologues compte faire interdire ce loisir.

Nous nous sommes donc penché sur la question. Un détecteur de métaux ne détecte que sur les 30 premiers cm maximum. Soit une couche de terre qui est remué plusieurs fois par an par les agriculteurs (un labour se fait sur 60 cm de profondeur) pour le cas des champs (soit 80% des cas pour ce loisir). Un archéologue, lors de fouille supprime cette couche pour éliminer toute pollution métallique émise par le travail agricole.

trouvailles trouvées avec un détecteur de mentaux

Nous nous demandons donc pourquoi un tel acharnement sur ce loisir pour une surface du sol qui n’intéresse pas les archéologues … Nous avons discuté avec un archéologue souhaitant conserveur son anonymat.

Il nous a expliqué, selon son point de vue, que “la détection de loisir n’a aucun impact sur le travail de fouille des archéologues” Il souhaiterait même que “la prospection de loisir puisse servir leur travail pour gagner du temps dans la prospection archéologique préventive”.

Mais l’administration Française n’est pas encore prête à un “Treasure act“. En attendant, en France, un grand nombre d’objets sont encore sous terre, détruit par le travail agricole ou l’érosion naturelle du sol. Les fouilles restent limitées en France par manque de budgets alloué par le ministère de la Culture se cantonnant à des fouilles de sauvegardes d’urgence lors de découvertes pendant des travaux de voiries ou des chantiers de construction.

Avec en face, des milliers de passionnés de prospection au détecteur qui se porteraient volontaires gratuitement pour faire tout ce travail de prospection préventive.

Allez chercher l’erreur !!

Comment fonctionne un détecteur de métaux ?

Un détecteur de métaux est un appareil utilisé pour détecter la présence de métaux dans le sol. Il est conçu pour repérer divers objets sous la terre, tels que des pièces de monnaie, des bijoux, des médailles et des déchets métalliques. Il est également utilisé pour trouver des métaux précieux tels que de l’or et de l’argent. Il existe de nombreux modèles de détecteurs de métaux sur le marché, chacun ayant des caractéristiques et des fonctionnalités différentes, mais ils fonctionnent tous sur une technologie similaire.

Les principaux éléments d’un détecteur de métaux sont le boîtier de contrôle, la tête de détection et la canne. Le boîtier de contrôle est l’unité de commande de l’appareil qui permet de régler les paramètres de détection et d’afficher les résultats sur un écran LCD. Il peut également inclure un haut-parleur pour émettre des signaux sonores lorsqu’un objet métallique est détecté et une prise casque pour une écoute privée des signaux. Il est généralement équipé de boutons de commande pour régler les réglages de détection et pour afficher les informations sur l’écran.

La tête de détection, également appelée disque de détection, est équipée de deux bobines. La bobine émettrice diffuse des signaux sous forme de fréquence (en kHz) et la bobine réceptrice reçoit les perturbations de ces fréquences liées au métal détecté, permettant ainsi de localiser l’objet. Les têtes de détection peuvent être reliées au boîtier de contrôle par un fil ou utiliser une technologie sans fil pour transmettre les messages. Plusieurs têtes de détection sont disponibles sur le marché avec des caractéristiques spécifiques pour différents types de détection comme les têtes étanches pour les utilisations en milieux humides, les têtes à discrimination pour différencier les métaux et les têtes à grande profondeur pour les détections en profondeur.

La canne est également un élément important du détecteur de métaux. Elle relie le boîtier de contrôle à la tête de détection et permet de tenir l’appareil en position verticale pour une utilisation confortable. Certaines cannes sont télescopiques pour faciliter le rangement et permettre de choisir une taille adaptée pour une utilisation confortable. Il existe également des cannes pliantes pour un rangement encore plus facile et pour un transport plus pratique.

Il existe également de nombreuses options et technologies qui peuvent être ajoutées pour augmenter la précision et les fonctionnalités du détecteur, comme des modes de détection différents, des sons spécifiques en fonction de la cible, et des accessoires pour une détection plus facile, comme un casque, d’un pinpointer, une pelle,…

Les caractéristiques techniques à connaitre sur un détecteur

Chaque détecteur possède ses propres capacités en fonction de ses caractéristiques techniques. Nous allons voir en dessous les différents aspects d’un détecteur de métaux qui peuvent varier d’une machine à une autre et leurs fonctions.

La fréquence

La fréquence d’un détecteur de métaux est l’une des principales caractéristiques qui déterminent la qualité de la détection des cibles. En général, un détecteur à fréquence unique qui émet à une fréquence élevée sera plus sensible aux petites cibles et alliages alors que les détecteurs à fréquence unique qui émet à des fréquences basses donnera plus de profondeur sur les grosses cibles. Les technologies à fréquence unique sont nommées VLF et VFLEX.

Les technologies BBS, FBS, MPS et les nouvelles technologies révolutionnaires multifréquences transmettent simultanément plusieurs fréquences en même temps et sont donc sensibles à la fois aux petites cibles et aux grandes cibles profondes. La marque Minelab a été la première à mettre au point la technologie multifréquence simultanée (Multi-IQ) grâce à son détecteur EQUINOX et son VANQUISH.

La fréquence d’un détecteur de métaux est mesurée en kHz. (kilohertz). C’est le nombre de fois que le signal est émis et reçu par le détecteur chaque seconde. Par exemple, un détecteur de métaux fonctionnant à 6 kHz émettra et recevra 6 000 fois par seconde et à 50 kHz 50 000 fois par seconde.

En règle générale, les détecteurs à basse fréquence offrent une plus grande sensibilité au cuivre et à l’argent, atteignent une bonne profondeur et discriminent généralement bien. Les fréquences basses entre 5 et 12 kHz, permettent de détecter des gros objets (plus de 1 cm) en bronze plus profondément, mais est moins sensibles sur les petites cibles. Ce type de détecteurs est typiques des détecteurs bas de gamme et sont idéaux pour découvrir une nouvelle parcelle à prospecter.

Les détecteurs à haute fréquence sont plus sensibles aux petits métaux et à l’or naturel. Cependant, ils ont des difficultés à distinguer les métaux non ferreux (non-ferreux). Leur sensibilité aux petits métaux rend fastidieuse l’utilisation du détecteur de métaux autour des zones polluées. La plupart des détecteurs de prospection d’or fonctionnent à des fréquences plus élevées.

Les fréquences hautes (16khz ou plus) sont parfait pour des petits objets (jusqu’à quelques millimètres) ou les alliages complexes. Mais ces fréquences hautes prennent moins profond sur des gros modules en cuivre que les fréquences basses. Un détecteur de métaux avec une fréquence haute aura une meilleure réactivité et une meilleure stabilité aux faux signaux. Idéal sur des terrains très minéralisés.

Il existe enfin des détecteurs avec une fréquence médiane qu’on appelle des détecteurs à fréquence moyenne-haute, entre 12 et 16 kHz. Ces détecteurs sont très polyvalents.

Monnaie trouvée avec un détecteur de métaux en Espagne

La compensation de l’effet de sol

L’effet de sol est un paramètre variable qui augmente la profondeur de détection dans les sols minéralisés. Ce sol peut contenir des sels, comme dans le sable humide des plages, ou de fines particules de fer, comme dans la terre rouge en Australie ou encore dans les sols intérieurs en France qui ont connu une activité humaine ancienne.

Ces minéraux réagissent au champ d’émission d’un détecteur de la même manière qu’une cible. En raison de la masse beaucoup plus importante du sol par rapport à une cible enterrée, l’effet de la minéralisation peut facilement masquer les petites cibles. Pour corriger cela, le réglage de l’effet de sol supprime les signaux du sol qui répondent en faux positif, de sorte que vous entendez clairement les signaux de la cible et ne plus êtes distrait par le “bruit” du sol.

Tous les détecteurs de métaux de type VLF (basse fréquence) possèdent une forme d’équilibre de l’effet de sol ou de rejet des minéraux. Cela évite que le détecteur soit affecté par le masquage minéral et fonctionne aussi bien que possible.

Le réglage par défaut est le type le plus courant d’équilibre de l’effet de sol. Il est utilisé dans la plupart des détecteurs de métaux qui sont appelés “turn-on-and-go”. L’équilibre de l’effet de sol est réglé en interne par un technicien en usine. Cela fonctionne bien pour localiser la plupart des pièces de monnaie, des bijoux et des artefacts partout dans le monde. Le réglage par défaut ne nécessite aucune intervention de la part de l’utilisateur pour définir la balance des masses.

L’équilibrage manuel de l’effet de sol est utilisé sur les détecteurs conçus pour travailler dans des conditions fortement minéralisées. L’équilibre de l’effet de sol est défini par l’utilisateur et est ajusté aux conditions locales du sol. En cas de sol propres et faiblement minéralisé, un équilibrage manuel de l’effet de sol peut vous donner une meilleure profondeur de détection et une meilleure stabilité du signal par défaut.

Malheureusement, si l’équilibre de l’effet de sol n’est pas réglé correctement, il en résultera une perte de profondeur et de sensibilité. Lorsque vous travaillez avec un réglage manuel, une attention constante est requise. Si les conditions du sol changent, le détecteur doit être re-étalonné pour garantir les meilleures performances de la machine. L’équilibre manuel de l’effet de sol est une compétence acquise et doit être pratiqué pour obtenir les meilleurs résultats.

Si l’équilibrage manuel et l’équilibrage d’usine sont assez simples, l’équilibrage automatique est source de confusion. Au début de la détection de métaux, toute machine qui n’était pas équipée d’un équilibrage de masse manuelle était traitée comme si elle avait une balance de masse automatique. Ce terme a été utilisé par les détectoristes car il n’était pas nécessaire de régler sur la machine, cela se faisait “automatiquement”.

À la fin des années 1980, l’équilibrage de l’effet de sol contrôlée par microprocesseur a été introduite dans plusieurs détecteurs. Cela signifie que le détecteur détecte les conditions du sol et réagit en modifiant l’équilibre de l’effet de sol par le réglage d’un potentiomètre électronique interne. L’équilibrage automatique de l’effet de sol est arrivé. Certains fabricants et distributeurs utilisent encore le terme “automatique” pour les détecteurs de métaux réglés en usine.

La discrimination

La discrimination est la capacité d’un détecteur de métaux à identifier des cibles enterrées en fonction de leurs propriétés conductrices et/ou ferreuses. En identifiant avec précision une cible enterrée, vous pouvez décider de la déterrer ou de la considérer comme de la ferraille et poursuivre votre recherche. Les détecteurs produisent des numéros d’identification de cible (ID) et/ou des tonalités en fonction de sa conductivité et donc de la nature de son métal.

Pour de nombreux prospecteurs de métaux, il est extrêmement important de distinguer certains métaux. Cela donne beaucoup plus de confort à la personne qui cherche des métaux, car pour détecter chaque métal, il faut mettre plus de force à creuser dans la zone, ce qui ne se termine pas toujours de manière heureuse.

Il existe 3 principaux types de discrimination dans les détecteurs :

  • La discrimination variable : Le type de discrimination le plus simple qui utilise un bouton de contrôle pour ajuster le niveau de discrimination.
  • Masque de fer/rejet de fer : Utilisé avec les détecteurs de prospection d’or pour ignorer le fer ainsi qu’en prospection classique en terre intérieur pour identifier des objets ou clous en fer afin de ne pas les entendre et se concentrer sur les autres cibles plus intéressantes.
  • Discrimination par encoches : Permet d’accepter ou de rejeter des types de cibles spécifiques (notch).
detecteur posé sur sa pelle dans un champ en labour avec son disque de détection en premier plan

Il existe généralement plusieurs modes de discrimination. Voici leurs types, qui se retrouvent dans des appareils plus avancés avec 5 modes.

  • 0 – signifie une discrimination totale uniquement, lorsque tous les objets, quel que soit le type de métal, sont indiqués par l’appareil.
  • 1 – il s’agit d’une discrimination sans indication audible de la détection des objets ferreux.
  • 2 – signifie que le marqueur signale les objets ferreux avec une tonalité basse et tout autre objet avec une tonalité plus élevée.
  • 3 – il s’agit de la discrimination de certains métaux non ferreux, qui sont également déterminés par l’échelle de marquage.
  • 4 – dans ce cas, le détecteur ne signale que des métaux non ferreux sélectionnés, qui sont déterminés par une échelle de marquage à plusieurs niveaux.

Cette capacité du détecteur à signaler les objets trouvés de différentes manières est souhaitée par de nombreuses personnes.

Cependant, il est nécessaire de réaliser que ce n’est pas un mode de travail aussi efficace. Nous pouvons parfois régler le détecteur pour qu’il désactive la détection des objets métalliques, mais si des déchets typiques, comme des boîtes de conserve ou des canettes, ne contiennent qu’un couvercle ou un rebord fait d’un autre métal, l’appareil nous signalera qu’il s’agit peut-être d’un gros objet fait d’un matériau autre que le fer.

De plus, le signal de la sonde ne pénètre pas en profondeur dans l’objet détecté, ce qui peut également entraîner une surprise désagréable sous la forme, par exemple, d’un seau galvanisé.

Modes de fonctionnement statique ou dynamique

Les détecteurs de métaux fonctionnent selon deux modes : statique et/ou dynamique.

Mode statique

Dans ce mode, le détecteur réagit à l’approche d’un objet métallique en modifiant l’intensité du son. Dans ce cas, le son est continu et se poursuit tant que l’objet se trouve sous le disque. Cependant, s’il n’y a rien de métallique sous le disque, le détecteur de métaux reste silencieux. En outre, le signal est modulé. Une personne expérimentée est capable de déterminer plusieurs caractéristiques importantes d’un objet métallique.

L’avantage de ce mode est la possibilité de déterminer avec précision la position et le type d’objet ou sa profondeur. D’autre part, les inconvénients comprennent l’instabilité thermique et temporelle du système, qui peut nécessiter une correction systématique des réglages. Les détecteurs de métaux utilisent cette fonction pour localiser une cible avant de creuser. C’est ce qu’on appelle le “pinpoint”.

Mode dynamique

Dans ce mode, l’appareil réagit également par un changement d’intensité sonore à l’approche d’un objet métallique de la bobine de recherche. La différence est cependant que le son s’arrête lorsque le détecteur s’arrête, même lorsque le métal est dans sa portée. L’avantage le plus important de ce mode est la possibilité de travailler sans avoir à corriger les réglages. Malheureusement, il n’est pas possible de déterminer avec précision les caractéristiques de l’objet détecté.

Les détecteurs fonctionnant en mode statique sont bien meilleurs. Ils ont non seulement une plus grande portée, mais permettent également de caractériser l’objet détecté. Cependant, elles nécessitent une certaine patience car il faut régler fréquemment et avec soin la sensibilité du détecteur.

C’est pourquoi la majorité des prospecteurs moins expérimentés ou débutants décident de travailler en mode dynamique. Il est préférable de choisir un détecteur de métaux qui peut fonctionner dans les deux modes, afin qu’ils puissent se compléter, ce qui nous donnera de plus grandes possibilités de recherche.

Quel détecteur de métaux choisir ?

Le choix d’un détecteur de métaux se détermine en fonction de l’expérience de l’utilisateur. De ce fait, on peut séparer de tranches de détecteurs de métaux :

  • Les détecteurs de métaux pour débutants, et
  • Les détecteurs de métaux pour des utilisateurs expérimentés.

Contrairement à ce que l’on peut croire, ces critères ne se définissent pas forcément en fonction du budget, bien qu’il puisse y avoir un lien. En effet, le critère de débutant et expérimentés se définit surtout par la finesse des réglages et le nombre d’options que l’on peut ajuster.

Les détecteurs de métaux pour débutants

Comme nous venons de l’aborder, un détecteur débutant est avant tout un détecteur qui fonctionne bien, tout en réalisant le moins d’ajustage possible. Ainsi, un détecteur débutant est avant tout un détecteur où la possibilité de prospecter et de trouver des trouvailles est possible une fois que l’on allume son détecteur. Mathématiquement, les options d’ajustement sont réduites au minimum, ce qui ne veut pas dire que c’est un mauvais détecteur.

Généralement, ces détecteurs pour débutant possèdent tout le nécessaire pour pouvoir détecter dans d’excellentes conditions, à savoir la discrimination du fe, le réglage de la sensibilité et est souvent monofréquence et plutôt basse. C’est le minimum que l’on demande à un détecteur de métaux digne de ce nom.

On peut également généraliser sur un prix minimum pour ce type de détecteur. 180 euros est le prix minimum pour un détecteur débutant en émettant tout de même une exception qui est la gamme Gro Find de Minelab. En dessous de ces 180 euros, on tombe sur des détecteurs “jouet” qui ne seront pas capables de retranscrire ce qu’est la prospection de métaux.

Ces détecteurs débutants se manifestent par une profondeur de détection relativement moyenne (autour de 20 cm de profondeur pour une monnaie en bronze) mais sera assez sensibles sur les terrains difficiles, pollués et minéralisés.

Dans cette gamme de détecteur, on retrouve les Garrett ACE, les Go Find et les Teknetics Eurteck.

Les détecteurs de métaux pour des utilisateurs expérimentés

Après un certain temps de détection, le prospecteur prend plus confiance et cherche à acquérir du matériel pour la détection de métaux, un peu plus puissant et perfectionné. Le détectoriste recherche, avec le temps, une machine plus stable et recherche un détecteur qui sera plus spécifiques à certains types de recherches ou à certains types de terrains.

Et, bien évidemment, le prix du détecteur augmente avec la montée en gamme et son perfectionnement. On classe ces types de détecteurs à parti d’un prix supérieur à 400 euros et sans limites supérieures. Dans cette gamme de détecteur, on commence à voir apparaitre des fréquences plus élevées, voire même des fréquences multiples et simultanée. On voit également des réglages de l’effet de sol, la gestion du volume sonore et de la tonalité sonore devient réglable. Enfin, on peut avoir des réglages de compensation de minéralisation et des effets halos du fer.

Dans ces détecteurs pour les prospecteurs expérimentés, on retrouve les détecteurs Equinox 800 et 600 de Minelab, la série des Vanquish de Minelab, l’APEX de Garrett, Le G2 et T2 UPG de Teknetics et le fameux DEUS 1 et 2 de XP. Ici, on retrouve une gamme de prix allant de 400 à 1800 euros pour un usage classique en terre intérieure ou une utilisation polyvalente.

Ce prix peut encore exploser si on s’attaque à des détecteurs qui ont vocation à des recherches plus spécifiques, comme les Minelab GPX pour la recherche d’or natif ou pépites, ou encore le Minelab Excalibur II pour la recherche à la plage et en plongée sous-marine.

À quelle profondeur un détecteur peut-il trouver des cibles ?

Un détecteur de métaux détectera les métaux jusqu’à une profondeur de 15 à 20 cm. N’oubliez pas que de nombreux éléments peuvent faire obstacle à la détection en profondeur. La taille de la cible, la minéralisation naturelle du sol, et d’autres facteurs comme la présence de lignes haute-tension, barrières électrifiés ou une voie ferrée à proximité, qui perturbera votre détecteur.

Si vous dépensez plus d’argent pour un détecteur de métaux, disons entre 600 et 1500 euros, vous serez en mesure de détecter des cibles plus profondément dans le sol (environ 5 cm de plus). Certaines marques de détecteurs de métaux fabriquent des détecteurs de métaux destinés à la recherche de métaux plus profondeur encore.

La réponse à la question de savoir à quelle profondeur un détecteur de métaux peut se présenter en deux parties. La première partie concerne le circuit électronique du détecteur et la conception du disque. Les facteurs environnementaux constituent la deuxième partie de la réponse.

La conception du disque et du circuit imprimé détermine la capacité globale d’un détecteur à trouver des cibles. Pendant la phase de conception de tout détecteur, les ingénieurs doivent décider des caractéristiques à inclure. Parmi les éléments qu’ils jugent importants, il y a le type de recherche pour lequel il sera utilisé. Un modèle pour débutants n’aura peut-être pas le confort et la technicité des modèles plus professionnels, mais il sera plus facile à utiliser.

Certains détecteurs conçus pour une profondeur maximale sont difficiles à utiliser pour un débutant et peuvent être trop sensibles pour être utilisés dans des zones polluées. La taille du disque affectera la profondeur du détecteur, mais peut ne pas convenir à certains types de recherche.

Les facteurs environnementaux doivent également être pris en compte pour déterminer la profondeur à laquelle un détecteur de métaux peut aller. Les éléments à prendre en compte sont les suivants : la taille et la forme de la cible, les conditions du sol, l’orientation de la cible dans le sol, le matériau dont est faite la cible et toute interférence extérieure comme les fils électriques et radio ou les perturbations électromagnétiques.

Les conditions météorologiques, comme un sol mouillé par la pluie ou même un orage qui s’annonce, peuvent également jouer un rôle important dans la profondeur et la sensibilité de tout détecteur.

bague trouvée avec un détecteur de mentaux

Connaître son détecteur et l’utiliser correctement sont les deux choses les plus importantes que vous puissiez faire pour obtenir la meilleure profondeur et la meilleure sensibilité.

Où peut-on prospecter avec un détecteur de métaux ?

Trouver des pièces, neuves ou anciennes, avec votre détecteur de métaux est une garantie si vous êtes prêt à consacrer un peu de temps et d’effort pour apprendre à utiliser votre machine et être prêt à creuser parfois pour rien. La prospection est avant tout une question de chance, de méthode et de réflexion. Chaque zone, chaque milieu demande un savoir-faire et de l’expérience en prospection.

Les pièces rares et autres trésors peuvent être trouvés à peu près partout. Les plages, les parcs, les forets ou les champs sont de bons points de départ. Les amateurs les plus expérimentés cherchent proches des habitations et des villages, car la proportion de trouver des choses intéressantes sont plus grandes. Tout endroit où il y a beaucoup de circulation piétonne et de visiteurs est un lieu privilégié pour prospecter avec votre détecteur de métaux.

Les champs

monnaie en argent trouvée avec un détecteur de mentaux

Les champs sont les terrains les plus prospectés car la prospection y est plus facile et accessible de par leurs répartitions sur le territoire national. Il est préférable d’y détecter de septembre à avril juste après les chaumes jusqu’au semis. Les pièces de monnaies sont assez fréquents d’autant que c’est le genre d’objets le plus recherchés par les prospecteurs.

Pour prospecter un champ, il faut le faire en 2 fois. Au premier passage, il faut “tester” le champ. Pour cela l’idéal est de faire un passage en faisant d’abord les bordures de la parcelle en prenant soin de se placer à 5 mètres des bordures. Faites le tour puis une fois fait, coupez à travers champs pour dessiner une croix. Ainsi vous aurez une bonne idée de la repartissions des objets et de leurs natures.

Si vous trouvez des choses intéressantes, vous pourrez alors quadriller le champ pour le faire entièrement sur toute sa surface. Si ce n’est pas le cas, il faudra aller ailleurs.

Les plages

La prospection de plage est très sympa. Évidemment cette prospection en plage se fait hors période d’affluence. Soit tôt le matin ou tard le soir pour ne pas déranger les vacanciers. Pour prospecter une plage, vous pourrez soit aller sur le sable sec. Dans ce cas, visez les zones entre les drapeaux bleus des zones de baignade. Les gens se regroupent souvent proche de la zone de bain autorisé. Vous trouverez des monnaies en euros, des bijoux, des téléphones.

Vous pouvez aussi prospecter sur le sable humide en marée basse. Il faudra pour cela un détecteur avec un réglage de l’effet de sol. Sans ça, il vous sera impossible de détecter correctement, car vous serez pollué par des faux signaux sonores. Visez bien la marée basse et dans les zones de bain pour avoir de bons résultats. Vous trouverez plus facilement des bijoux, surtout des bagues.

code promo boutique le fouilleur détection de métaux orpaillage et pèche à l'aimant
https://www.lefouilleur.fr/fr/

Les forets

Prospecter les forets sont très intéressants, mais attention à ne pas vous perdre. Le terrain peut parfois être difficile à détecter car la végétation peut vous gêner pour progresser ou pour bien passer votre disque. Mais les trouvailles sont bien mieux conservées. Attention, aussi à connaitre le propriétaire. Si c’est un terrain privé pas de problème, mais si c’est un terrain domanial, vous ne pourrez pas avoir d’autorisation favorable.

Sujets similaires

Recevoir l'ebook gratuit du n°70 du magasine du fouilleur et s'abonner à la newsletter

couv le fouilleur 11

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 thoughts on “Le guide de la chasse aux trésors avec un détecteur de métaux

  • Bonjour, ça fait un moment que je voulais me mettre à la détection. Un rève d’enfant qui me trotte dans la tête. j’entends dire sur facebook par la FFDM que la détection de loisir est interdit en France. je voulais en savoir plus.

    Reply
    • Bonjour, il faut savoir que la FFDM est une structure tenu par un seul dirigeant prenant seuls les décisions et tous ceux qui ne sont pas adhérant savent vraiment l’action que fait cette fédé. Depuis plusieurs mois, il dit que la détection est interdit, ce qui est absolument faux conformément au texte de loi qui encadre l’usage du détecteur de métaux. Si vos recherches ne s’orientent pas à la recherche de matériels archéologique, vous pouvez y aller, sous réserve de l’autorisation explicite du propriétaire. Si vous voulez en savoir plus, rapprochez-vous de la GARDE : Groupement Association Régional pour la Détection de loisir

      Reply
  • Vraiment de super bonnes informations. merci beaucoup !

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *