Orpaillage

L’orpaillage, un loisir passionnant, permet à chacun de devenir un chercheur d’or amateur. Contrairement à l’extraction industrielle, l’objectif n’est pas de trouver des tonnes d’or (c’est c’est impossible avec ce loisir), mais plutôt de découvrir des paillettes ou des pépites en explorant les cours d’eau aurifères.

En France, où 80% des rivières contiennent de l’or, cette activité est accessible à tous, notamment dans des régions comme les Cévennes, le Gard, l’Ardèche, la Bretagne, les Pyrénées, etc.

En savoir plus

trouver de l'or en orpaillage

Qu’est-ce que l’orpaillage de loisir ?

L’orpaillage est une activité minière qui consiste à rechercher la présence d’or (prospection) puis de l’extraire (extraction) dans une définit ou non comme une zone aurifère (mine ou gite aurifère). L’orpaillage de loisir se différencie de l’orpaillage professionnel ou industriel car l’objectif de ces 2 activités est bien différentes :

    • L’orpaillage professionnel et industriel est une exploitation lucrative nécessitant l’usage de matériel très imposant, souvent mécanisé, et dont l’objectif est d’extraire une grande quantité d’or afin de le vendre, et générerez des bénéfices.

    • L’orpaillage de loisir est un activité amateur et non lucrative, n’utilisant que du matériel manuel et artisanal, et dont la vente de l’or est interdite.

L’orpaillage de loisir est donc une activité ludique, dont l’impact environnementale est négligeable, de par l’utilisation d’un matériel qui ne nécessite pas d’énergie, autre que celle de nos bras. Il n’y a donc aucun destruction du milieu naturel.

Quel est la réglementation de l’orpaillage de loisir en France ?

Aujourd’hui, l’orpaillage de loisir est parfaitement réglementé et est reconnu par la note de la Direction Générale de l’Energie et des Matières Premières du 24 octobre 1997 et est applicable uniquement en Métropole. Cette note explique que l’orpaillage de loisir rentre bien dans le cadre légal du Code Minier, comme toutes activités minières.

Aussi, le législateur demande aux orpailleurs amateurs de déclarer leur activité annuellement auprès d’un préfecture. le chercheur d’or doit utiliser un matériel manuel et non-mécanisé et que l’or extrait peut être conservé sans faire d’autre déclarations.

Dans les faits, la déclaration se fait auprès des DDT ou des DREAL, en fonction des endroits considérés. Les DREAL et les DDT sont dans leur droit de restreindre l’activités dans le cas de restrictions liés à des conditions défavorables pour la protection du biotope du milieu.

Où trouver de l’or ?

Les zones aurifères propices à l’orpaillage sont, aujourd’hui, assez bien définis et documentées. En France, on trouve de l’or proches des zones montagneuses :

    • En bretagne, au niveau du triangle d’or qui se situe entre les secteurs de Loudéac, Pontivy et Mûr-de-Bretagne.

    • Les Pyrénées, avec de nombreuses rivières aurifères tel que l’Hérault, l’Aude, la Têt, L’Ariège, le Salat, la Garonne.

    • Les Alpes, avec les rivières du Chérant, le Rhin, … connues comme aurifères.

    • Les Cévennes : l’Ardèche, le Chassezac, le Cèze, les 3 Gardons, … pour les rivières les plus connus pour avoir de l’or.

En France, est c’est partout pareil en Europe, l’or que l’on trouve est alluvionnaire. on le trouve donc dans les rivières. Les zones, dans les rivières, où l’or se dépose et se déplacent sont directement liées à la densité spécifique de l’or (très lourd avec un densité de 19,3), au grès des crues printanières. L’or se dépose toujours sur les bancs intérieurs des méandres, sous les rochers, à l’intérieur des failles, fissures et marmites dans le bedrock, et dans les placers de berges.

La première chose à faire en orpaillage lorsqu’on arrive dans une nouvelle zone, est de prospecter c’est à dire, savoir s’il y a de l’or ou pas, et s’il y en a, identifier les zones où l’or est le plus concentré. Une fois cette prospection terminé, on peut se lancer dans l’exploitation des zones les plus aurifères avec du matériel plus imposant.

S’équiper pour l’orpaillage

Pour commencer, un simple kit d’orpaillage, tel que celui de Minelab ou de Garrett, est suffisant, mais des équipements plus spécialisés peuvent être utilisés pour des résultats plus efficaces. Le plus important pour débuter et d’avoir un pan américain, un tapis, une pissette d’aspiration pour récupérer les paillettes ; tout ceci pour apprendre la prospection.

Ensuite, pour traiter plus de graviers aurifères, vous aurez besoin d’un rampe d’orpaillage que vous positionnerez face au courant, pour récupérer l’or dans ses tapis. Il sera nécessaire d’avoir d’autres accessoires pour creuser, une pelle, une pompe à main pour récupérer les sables sous l’eau dans le courant, et des crochets à failles pour curer les fissures du fond rocheux. Vous pouvez aussi vous aider d’un détecteur de métaux spécifique de détecter de l’or pour tenter de localiser des pépites plus grosses.

En tant que passionné et spécialiste, nous sommes là pour fournir des conseils et des informations pour une expérience d’orpaillage la plus enrichissante possible.

Recevoir l'ebook gratuit du n°70 du magasine du fouilleur et s'abonner à la newsletter

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.