Nettoyage et Identification en détection

Histoire et identification des monnaies médiévales

L’histoire des monnaies médiévales en France est un sujet riche et complexe, reflétant l’évolution économique et politique de cette époque. Comprendre les différents types de monnaies utilisés, les méthodes de fabrication, ainsi que les pratiques de fraude monétaire permet de saisir l’importance de ce type d’objet usuel.

Les monnaies médiévales, qu’elles soient de compte ou réelles, jouaient un rôle fondamental dans les transactions économiques du Moyen Âge. Les différentes pièces, telles que le denier, le sou, et la livre, étaient fabriquées en billon, un alliage d’argent et de cuivre, et leur valeur était intrinsèquement liée à leur poids. Le système monétaire de l’époque, basé sur des multiplications de 12 ou 20 plutôt que de 10, ajoutait une couche de complexité aux échanges. En parallèle, les ateliers monétaires se multipliaient, et la méthode de fabrication, dite “frappe au marteau“, expliquait les formes irrégulières des pièces. Les techniques de fraude, telles que le soudage de métaux et le rognage, étaient courantes, et les marchands utilisaient diverses méthodes pour contrer ces pratiques.

En vous plongeant dans cet article, vous découvrirez les secrets des monnaies médiévales et les moyens de les identifier. Que vous soyez passionné par l’histoire ou amateur de détection de métaux, cet article vous fournira les connaissances nécessaires pour mieux comprendre et apprécier les trésors monétaires que vous pourriez découvrir.

Les différents types de monnaies au Moyen Âge et le poids de leurs valeurs

Il existait deux types de monnaie au Moyen Âge en France :

  • la monnaie de compte et
  • la monnaie réelle.
monnaies médiévales en or trouvées avec un détecteur de métaux dans le loiret
image magasine le fouilleur

La monnaie de compte était virtuelle et n’existait que pour comptabiliser la valeur des biens et des transactions. En revanche, la monnaie de change (réelle) était représentée sous forme de pièces en métal ou de billets.

La principale monnaie utilisée était le denier et correspondait à peu près à notre euro actuel. Le denier était fabriqué en billon, un alliage d’argent et de cuivre, et était frappé en différentes valeurs, notamment le sou et la livre. Contrairement à aujourd’hui où nous avons une monnaie faciale (le chiffre noté dessus équivaut à sa valeur fiduciaire), à cette époque, la valeur de la monnaie est directement liée au poids et la rareté du métal employé. D’où la présence de poids monétaires permettant justement de peser précisément le poids du métal pour les monnaies à fabriquer ou vérifier la véracité de ce poids lors des transactions.

Le système monétaire médiéval fonctionnait selon une base duodécimale, ce qui signifie que les multiplicateurs étaient souvent de 12 ou de 20 plutôt que de 10. Cela rendait les calculs et les échanges monétaires plus complexes qu’aujourd’hui.

Le système monétaire médiéval comprenait de nombreuses pièces de monnaie, avec des noms et des valeurs variés. Par exemple, on retrouvait la maille (monnaie de billon ou frappée en argent  faiblement titrée), le double tournoi (monnaie en cuivre d’une valeur de deux deniers tournois émise par les rois de France à partir de la fin du XIII e siècle), le sou tournois, l’écu, et bien d’autres encore.

Chaque pièce avait des caractéristiques spécifiques, telles que son poids, son matériau et sa valeur. Les pièces étaient souvent marquées d’un symbole chrétien, tel qu’une croix, pour indiquer leur affiliation religieuse.

L’évolution des gravures et des légendes sur les pièces a également été remarquable. Au fur et à mesure que les techniques de gravure s’amélioraient, les pièces de monnaie médiévales devenaient de plus en plus détaillées et esthétiques.

L’évolution du système monétaire du Moyen Âge

Au cours du Moyen-Âge, le système monétaire en France a connu de nombreuses évolutions. Dès le règne de Charlemagne, de nouvelles pièces de monnaie ont été créées pour répondre aux besoins croissants du commerce et des échanges à longue distance.

Saint Louis, roi de France, a notamment créé plusieurs nouvelles monnaies, dont l’écu en or et le gros tournoi en argent. Ces nouvelles pièces ont permis de simplifier les échanges commerciaux et ont renforcé le pouvoir du roi sur les territoires voisins.

Plus tard, le franc a été introduit en 1356 pour payer la rançon exigée par les Anglais après la capture du roi Jean II le Bon. Le franc a été utilisé en France jusqu’en 2002 et est souvent considéré comme un symbole de l’indépendance nationale.

La méthode de fabrication de la monnaie

La méthode de fabrication de la monnaie au Moyen Âge était appelée “frappe au marteau”. Les pièces étaient littéralement frappées à l’aide d’un marteau. Une illustration de la Spiezer Chronik, datant du XVe siècle, nous montre les différentes étapes de cette production.

Tout d’abord, il fallait élaborer des lingots. Les lingots étaient soit fabriqués à partir du métal souhaité, soit à partir de la fonte de vieilles pièces de monnaie, voire même de vaisselle en argent ou en or. Ensuite, le lingot était martelé entre une enclume et un marteau pour obtenir une plaque suffisamment fine.

Une fois la plaque obtenue, elle était découpée en forme de pièce de monnaie. Deux méthodes étaient utilisées pour le découpage : la découpe à la cisaille, qui était une méthode plus longue et fastidieuse, puis l’utilisation d’un emporte-pièce, qui permettait de tailler directement les flancs de la pièce.

monnaies médiévales en billon trouvées avec un détecteur de métaux dans le loiret
image magasine le fouilleur

Une fois les flancs produits, leur poids était contrôlé par un peson monétaire. Si la pièce était trop légère, elle était refondue. Si elle était trop lourde, elle pouvait être allégée à l’aide d’une lime, laissant parfois des stries d’ajustage sur la pièce. C’est justement ce que l’on peut voir dans certaine monnaie que l’on trouve sous terre lorsque certaines d’entre elles ne sont pas parfaitement rondes.

Enfin, la dernière étape était la plus importante et la plus délicate : la frappe de la monnaie. Cette opération était réalisée par un monnayeur. Le flanc était placé entre deux morceaux de métal, appelés les coins, sur lesquels étaient gravées les inscriptions et les symboles. La frappe consistait à lancer un premier coup léger pour fixer le coin mobile, puis à donner un coup plus fort pour marquer les inscriptions.

Cette méthode explique pourquoi les pièces de monnaie de cette époque ont des formes irrégulières ou avec des doubles frappes matricielles. Elle était utilisée depuis l’Antiquité et n’a évolué qu’à partir de la Renaissance avec l’introduction du balancier et des laminoirs.

Les ateliers monétaires au Moyen Âge

Les ateliers monétaires étaient situés en ville et étaient théoriquement une prérogative royale. Cependant, de nombreux seigneurs possédaient également leurs propres ateliers monétaires. Entre 987 et 1793, 185 seigneurs ont été recensés comme ayant frappé leur propre monnaie au moins une fois.

Ces ateliers se sont multipliés au fil de l’agrandissement du royaume. Par exemple, après les guerres d’Italie, on pouvait trouver des ateliers monétaires français à Gênes, à Milan ou à Naples. Les ateliers monétaires étaient également influencés par les événements politiques. Par exemple, lorsque les Anglais ont pris le contrôle du nord de la France au début du XVe siècle, Charles Dauphin a créé de nouveaux ateliers à Chinon, Loches, Orléans et au Mont Saint-Michel.

Au règne de Louis XV, il existait des ateliers monétaires dans toutes les régions. La carte présentée dans l’ouvrage d’Arnaud Clément et de Michel Prieur illustre bien cette répartition.

Les techniques de fraude monétaire au Moyen Âge

Maintenant que le système monétaire du Moyen Âge n’a plus de secret pour vous, il est temps de découvrir les différentes techniques de fraude utilisées par les faussaires et les contrefacteurs de l’époque. Malgré les risques encourus, ces individus ont développé des méthodes ingénieuses pour falsifier la monnaie.

code promo boutique le fouilleur détection de métaux orpaillage et pèche à l'aimant

Le soudage de métaux précieux

Cette technique consistait à recouvrir une pièce dont le métal avait une faible valeur, comme le plomb, avec un métal plus précieux, tel que l’or. Cela donnait l’apparence d’une véritable pièce en or. Ce type de pièce était appelé une “pièce fourrée”. Cette méthode était plus complexe, car elle nécessitait non seulement la quantité suffisante de métal, mais également une matrice avec des gravures détaillée et conforme à l’originale, ce qui était difficiles à réaliser pour la plupart des faussaires.

La fraude par rognage

Une autre méthode de fraude consistait à rogner les bords d’une pièce de monnaie afin de récupérer le métal précieux (pour l’or ou l’argent). Ce métal était ensuite revendu. Cette technique permettait aux faussaires de tirer profit de la valeur intrinsèque de la monnaie basée sur son métal.

Les parades des marchands contre la contrefaçon

Les marchands et les commerçants, habitués à l’utilisation de la monnaie, avaient développé plusieurs parades pour contrer ces faussaires. Ils utilisaient un trébuchet, une balance qui permettait de mesurer le poids de chaque pièce (poids monétaire). En effet, au fur et à mesure des rognages, les pièces perdaient du poids.

Ainsi, si une pièce devait peser 5 g et qu’un marchand n’obtenait que 4 g dans sa balance à cause de pièces rognées, il demandait à l’acheteur d’ajouter l’argent manquant pour finaliser la transaction. Les tableaux de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance représentent souvent les marchands avec une balance, symbole de leur connaissance en matière de monnaie.

En plus de la balance, les marchands utilisaient d’autres méthodes pour détecter les fausses pièces. Ils pouvaient les faire tomber pour écouter le son qu’elles produisaient (particulièrement vrai pour les pièces en argent). Chaque métal avait un son caractéristique, à l’exception du plomb qui résonnait moins. De plus, ils pouvaient également utiliser leurs dents en mordant dans une pièce en or (ductile). Cette pratique permettait de détecter les pièces ayant été recouvertes d’un métal précieux. Ces astuces donnaient lieu à l’expression “être payé aux monnaies sonnantes et trébuchantes”.

Contrefaire la monnaie était considéré comme un crime de lèse-majesté, car battre monnaie était un pouvoir régalien réservé au roi. Les faussaires risquaient de lourdes peines en cas de flagrance. La peine de mort étant souvent réservée à ces criminels, l’écartèlement était une méthode couramment utilisée pour punir les faussaires.

Sujets similaires

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers articles dans votre boîte mail, ainsi que le n°70 du magasine du fouilleur gratuitement en ebook

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *