Conseils Pratiques Détection

Apprendre à écouter les sons d’un détecteur de métaux

La maîtrise des sons émis par un détecteur de métaux est la chose la plus importante a prendre en compte pour tout prospecteur, dépassant même l’importance des indications affichées à l’écran. Les détecteurs fournissent une pléthore d’informations sur un écran, mais ce sont les signaux sonores qui offrent la compréhension la plus précise des découvertes potentielles. Les variations de tonalité et de stabilité du son peuvent indiquer la nature de la cible détectée, définissant ainsi s’il faut creuser ou non. Les sons clairs et constants, en particulier dans les quatre directions de balayage du disque, signalent une découverte potentiellement intéressante, alors que les signaux instables suggèrent des déchets ferreux ou des objets fortement corrodés.

En utilisant des techniques telles que faire varier la hauteur du disque pour identifier les signaux typique des gros ferreux, vous ne creuserez plus jamais pour rien (ou pour un gros morceau de fer rouillé). Un bon casque audio aide à mieux entendre des sons plus subtils, sans être perturbé par l’environnement extérieur.

Cet article vous sensibilise donc à l’importance du son que vous donne votre détecteur dans votre casque. Cette écoute doit être active pour bien apprécier des sons plus faibles et subtil qui peuvent vous donner des informations sur le type de métaux voire, avec l’habitude, sur le type d’objet, avant même de le creuser.

Comment comprendre les sons de son détecteur de métaux ?

Vous débutez en détection de métaux ? Vous en avez assez des bips incessants et vous ne savez pas si vous devez tout déterrer ou non ? Les débutants pensent souvent que la détection de métaux est une méthode rapide et facile pour trouver de l’or ou plein de trésors, mais ils découvrent qu’elle nécessite du temps, de l’expertise et de la compréhension.

Si vous creusez n’importe quel son, vous allez forcément trouver plus de déchets ! Bien choisir le son, c’est gagner du temps ! Le défi de cette vidéo, c’est de vous apprendre quand est-ce qu’il faut creuser ou quand est-ce qu’il ne faut pas creuser. Comprenez bien que le son, c’est l’information principale de votre détecteur ! C’est son langage !

balayage du détecteur sur une plage

Il est essentiel de comprendre que différents signaux peuvent signifier différentes choses lorsque vous êtes sur le terrain avec votre détecteur de métaux. C’est pourquoi il est essentiel de se familiariser avec les subtilités de votre détecteur et son fonctionnement. En vous informant sur les différents types de signaux produits par votre machine et sur ce qu’ils impliquent, vous augmenterez considérablement vos chances de faire de belles trouvailles.

Il est essentiel de reconnaître que chaque terrain de prospection est différent et possède sa propre histoire. Il est tentant de déterrer tout ce que vous entendez, mais cela peut rapidement devenir épuisant et inefficace. Au lieu de cela, prêtez attention aux signaux qui suggèrent l’existence d’objets plus intéressants, tels que des pièces de monnaies ou des bijoux. Cet article devrait apporter toutes les réponses que vous recherchez.

Bien préparer et régler son détecteur

Même si vous débutez en détection, vous devez savoir qu’une préparation et une compréhension de tout ce qui vous entour sont nécessaires à la réussite de votre recherche. Bien que cela puisse paraître évident, le fait de lire entièrement le mode d’emploi de votre détecteur avant d’aller sur le terrain peut faire une énorme différence dans les résultats que vous attendez.

Les détecteurs de métaux disposent de pas mal de réglages et de caractéristiques qui peuvent considérablement améliorer votre expérience de recherche. En lisant les instructions à l’avance, vous vous épargnerez la peine d’essayer de comprendre ce que signifient les nombreux chiffres et symboles affichés sur l’écran. Si vous achetez un détecteur d’occasion, il est conseillé de demander conseil à l’ancien propriétaire ou un vendeur en magasin spécialisé en détection pour vérifier que vous comprenez bien les capacités de l’appareil.

Une fois sur le terrain, l’étape la plus importante consiste à régler correctement votre détecteur de métaux à partir du sol. Vous pouvez empêcher le détecteur de réagir à la minéralisation naturelle en trouvant le bon équilibre en profondeur de détection et stabilité des signaux, ce qui vous permettra d’économiser du temps et de l’énergie en évitant de creuser sur de mauvaises cibles.

Heureusement, la majorité des détecteurs de métaux sont dotés d’un système de réglage automatique de l’équilibrage de l’effet de sol. Bien que les détails diffèrent d’un appareil à l’autre, les concepts fondamentaux restent les mêmes.

Faire un bon geste lors de son balayage

Il est essentiel d’apprendre à bien balayer son disque, en rythme, avec son détecteur de métaux pour garantir une détection efficace et précise des métaux. Le non-respect de ce mouvement de balayage peut entraîner le risque de ne pas tout trouver et de passer à côté de belles découvertes. Ces critères s’appliquent quelle que soit la marque ou le type de détecteur de métaux :

Pour commencer, il est essentiel de maintenir la bobine parallèle au sol, en particulier lorsque le disque a tendance à de se relever en bout de balayage. Étant donné que les changements soudains d’angle peuvent produire des signaux ou fausser les indications de cible, il est essentiel d’éviter de faire osciller la bobine de manière erratique.

Deuxièmement, il est essentiel que le balayage de la canne soit fluide. Les mouvements saccadés, les décélérations et les accélérations rapides doivent être évités. Une vitesse de balayage plus rapide est appropriée pour les détecteurs de métaux dynamiques avec un taux de récupération rapide, tandis qu’une vitesse plus lente est conseillée pour les détecteurs de métaux statiques.

Troisièmement, il est essentiel de préserver la garde au sol. Autrement dit, essayez, autant que possible de garder votre disque au plus proche du sol pour maximiser la profondeur de détection. Il est important d’éviter les obstacles tels que les cailloux et les bosses afin d’éviter les chocs avec votre disque, ce qui risque de l’endommager, à terme.

le son du détecteur de métaux LEGEND a été optimiser pour la détection

Les différents types de sons

La plupart des détecteurs de métaux fonctionnent en multi-tons, donc vous avez généralement trois types de sons:

  • Son grave pour les bas conducteurs
  • Son médium pour les moyens conducteurs
  • Son aigu pour les hauts conducteurs

Un son aigu, de haut conducteurs, est le meilleur type de son que peut vous faire un détecteur. C’est le son préféré des prospecteurs. Un son comme ça, vous êtes obligé de le creuser. En revanche, un son grave, généralement un bas conducteur, est un son que les prospecteurs ne creusent pas.

Est-ce un bon son ou un mauvais son ?

Un mauvais son est caractérisé par son instabilité. Si vous entendez des variations ou des changements de tonalité, il est probable que vous ayez affaire à un gros ferreux. Il est essentiel de travailler votre son dans différents angles pour juger de sa stabilité.

Si vous avez régulièrement des sons médiums et que ce sont souvent de petites cibles, il est recommandé de privilégier les sons aigus. Faites confiance à votre instinct et à votre machine. Écoutez attentivement le son et creusez uniquement lorsque vous êtes sûr de sa stabilité.

Un détecteur de métaux produit à la fois de bons sons et de mauvais sons. Les mauvais sons indiquent généralement des cibles indésirables. Bien choisir le son vous permettra d’éviter de creuser des déchets.

Lorsque vous êtes sur le terrain, le son qu’émet votre détecteur doit être fort et clair dans le but d’être parfaitement identifié. Un signal fort et clair, qui reste constant même lorsque vous changez le sens de balayage dans les 4 directions, est un signe que vous avez découvert un véritable objet métallique et que ce n’est pas une perturbation électromagnétique. Les pièces de monnaie Napoléons III, par exemple, ont un son aigu et clair caractéristique qu’il est difficile de manquer.

Tous les prospecteurs expérimentés savent qu’une cible qui sonne de façon claire et distincte, sans aucune imperfection dans le son, est une cible potentiellement intéressante. Bien qu’il faille du temps et de l’expérience pour développer une intuition permettant de distinguer les bons signaux des déchets, le fait de trouver des indications susceptibles d’être utiles peut vous aider à acquérir plus rapidement de l’expérience. Pour cela, n’hésitez pas à regarder l’indice de conductivité que vous donne votre détecteur à l’écran avant de creuser.

Ne vous inquiétez pas de déterrer quelques douilles de chasse ou des clous rouillés, ces déchets vous donneront l’occasion d’affiner vos oreilles et d’apprendre à reconnaitre ces cibles au travers de chiffres donné par votre écran. Avez le temps, entre le son et l’ID à l’écran, vous arriverez à savoir si vous avez une monnaie romaine ou une bague en or.

Les sons caractéristiques d’une cible intéressante

Lorsque votre détecteur accroche une cible, vous allez entendre un son plutôt clair, “long” et stable dans les 2 sens de balayage. C’est un son constant que le détecteur émet pendant le balayage, et sa disparition signifie qu’une cible a été détectée. De plus, la tonalité du seuil sonore aide à détecter les cibles profondes qui peuvent même ne pas être affichées sur l’écran.

De nombreux détecteurs, tels que les Minelab Vanquish, Manticore ou Equinox, ont la capacité de régler simultanément la tonalité et le niveau du son, ce qui permet de corriger facilement les signaux de divers objets.

Les sons caractéristiques d’une perturbation électromagnétique

C’est ce qu’on appelle un “marmonnement”. Parfois (voire assez souvent), vous allez entendre des sons parasite. C’est normal et contrairement à ce qu’on peut vous dire, cela arrive à tous les détecteurs, même un DEUS 2 (voire plus sur celui-ci).

Le « marmonnement » caractéristique de l’appareil peut être causé par des lignes électriques situées à proximité, d’autres détecteurs de métaux, la minéralisation du sol ou des appareils électriques. Ce sont les soi-disant « faux signaux ». Habituellement, il suffit de jouer sur un décalage de fréquence ou bien un changement de fréquence si votre détecteur le permet.

Mais tous les détecteurs de métaux n’ont pas une telle option, les détecteurs d’entrée de gamme mono-fréquence ne sont pas équipés de telles fonctions, mais les modèles semi-professionnels et professionnels peuvent facilement se désynchroniser de ces faux signaux. Dans les cas où cela n’est pas possible, vous pouvez essayer de réduire la sensibilité, ou de passer à une autre zone.

réglage du détecteur pour ne plus entendre de mauvais signaux

Ces faux signaux sont généralement très courts, pas forcément lié à un objet lors du balayage et assez aigu. L’exemple le plus fréquent est d’avoir un “bip” très court qui ne se reproduit pas lorsqu’on repasse sur la zone où ce son s’est produit. Donc si cela vous arrive, ajustez votre réglage et ne perdez pas votre temps à creuser.

Lorsqu’il fonctionne à un faible niveau de discrimination dans des zones polluées, l’utilisateur peut entendre des bips intempestifs inattendus qui indiquent qu’il peut y avoir un objet dans le sol. Parfois, le détecteur de métaux commence à faire un bip bip aigu, ce qui indique la présence d’un gros objet en fer sous terre, mais de tels signaux ne doivent pas être complètement ignorés. 

Il est fort possible que ce ne soit pas seulement des déchets, mais une trouvaille historique ou militaire. Il vaut la peine d’examiner plus attentivement un tel signal, en repassant son détecteur sur différents angles d’approche avec le disque. Si à chaque fois le signal est différent, alors la trouvaille devra certainement être déterrée. 

Si le son est aigu et confirmé par plusieurs passages du disque, alors il s’agira soit d’un déchet assez gros en aluminium ou d’un artéfact intéressant. Au contraire, un son plus grave et “rond”, confirmé sur plusieurs balayages de disque, sera plus probablement une monnaie.

Des appareils tels que le Minelab E-Trac (attention : ceci n’est qu’un exemple, mais est applicable sur tous les détecteurs) sont bien adaptés pour détecter les pièces d’argent et émettent un son grinçant unique lorsqu’ils détectent de tels objets. Cependant, certains objets en fer aux formes complexes peuvent également provoquer ce son, comme les objets avec des trous ou des clous tordus. 

Pour apprendre à distinguer des signaux similaires, vous devez vous entraîner davantage à la maison ou en plein air, en essayant d’identifier une variété d’objets de différents métaux. Quoique le plus simple en réalité soit de creuser, vérifier l’objet (s’il y a) et apprendre à entrainer votre oreille au son de votre détecteur.

Comprendre les sons bizarres sur une cible

Lorsqu’on utilise un détecteur de métaux, le son et les indicateurs affichés sur l’écran sont essentiels pour décider de creuser ou non. Malheureusement, des signaux bizarres peuvent rendre le jugement difficile et les débutants peuvent avoir du mal à distinguer si c’est une bonne cible ou un déchet. Avant de creuser, il faut toutefois tenir compte de plusieurs variables, notamment le type de cible et le lieu où il a été découvert.

Les signaux ambigus sont souvent dus à la présence de divers métaux qui sont sur votre cible. Cela peut être aussi bien un alliage complexe ou un produit complexe dû à l’oxydation du métal de votre cible. Il existe plusieurs indices qui indiquent qu’il est préférable de ne pas creuser, comme les signes qui disparaissent ou changent radicalement de conductivité et de tonalités (grave et aiguë en une fraction de seconde).

Dans un champ, il est utile d’étudier les signaux litigieux, en particulier les bruits faibles et peu clairs qui pourraient être des objets assez petits et très ancien comme des potins gaulois. Le balayage de votre disque en croix peut également aider à résoudre des situations difficiles, car un signal confus deviendra plus clair s’il est confirmé sur un autre angle de balayage et vérifié à nouveau.

Nous vous conseillons tout de même de creuser sur toutes les cibles qui sont parfaitement audibles dans votre casque et dont l’ID à l’écran reste dans la même plage de conductivité. Cela n’empêchera pas de tomber sur des déchets. Mais si cela arrive, dites-vous que vous participez, aussi, à rendre notre planète (et le champ du propriétaire) plus propre.

Les prospecteurs sont parfois déçus par des objets en fer qui imitent le son des bonnes cibles. Normalement, les cibles ferreuses sonnent avec une tonalité plus grave que les métaux plus nobles. C’est ce qu’on appelle la discrimination. Malheureusement, il est difficile d’éliminer totalement les objets en fer, surtout si ces derniers sont volumineux, mais il existe des techniques pour rendre le processus d’identification de ces gros ferreux plus efficace.

Pour ce faire, si vous tombez sur un signal assez aigu (et) très clair (voire trop clair), cette technique consiste à balayer son disque en le soulevant en hauteur progressivement. En fait, on entend certains gros ferreux avec un signal plus clair à cause de l’effet Halo du fer. Le fer s’oxyde très facilement dans le sol et donne en sa surface un épais dépôt de corrosion. Cette corrosion est constituée des complexes métalliques non ferreux donnant ainsi un faux signal positif.

code promo boutique le fouilleur détection de métaux orpaillage et pèche à l'aimant
https://www.lefouilleur.fr/fr/

En augmentant la hauteur du disque, on rend le signal moins précis dans le sol qui était alors saturé par ce complexe non ferreux de surface de notre objet en fer. Logiquement, en montant son disque, le détecteur arrive mieux à reconnaitre la réelle nature de l’objet, c’est-à-dire le fer. Cette technique demande un peu d’entrainement, mais fonctionne très bien une fois qu’on la maitrise.

Discrimination : ange ou démon ?

La Discrimination est une aide incroyable lorsqu’on est jeune détectoriste. Et ça se comprend, sans discrimination, on tomberait sur des déchets tout le temps. Mais il n’y a pas que la discrimination qui peut vous aider dans l’identification des sons que vous entendez. Par exemple, de plus en plus de détecteurs utilisent un système d’hodographe comme sur le Manticore de Minelab qui présente un graphe vous indiquant le taux d’oxydation d’une cible. Ou encore un système de tonalité VDI qui permet de “modeler” le son par des sons plus complexe permettant de mieux identifier certains types de métaux complexes, présent sur votre cible comme sur tous les détecteurs Minelab, Fisher et Tecknetics.

Malheureusement, avec les réglages de la discrimination, certains bons résultats peuvent être considérés comme des déchets et éliminés. Par exemple, une bonne partie des détecteurs ont par défaut un réglage de la discrimination qui éliminent les petits morceaux d’aluminium. Si c’est une bonne chose pour certains pays, en France, c’est une grave erreur de discriminer l’aluminium, car la conductivité de ce dernier est identique à certains potins antiques, voir des bijoux en or (surtout ceux titrés à moins de 18 carats).

Dans la mesure du possible, travailler autant que possible en mode tous métaux si, en plus, vous avez la possibilité de baisser le volume sonore de la plage de conductivité des ferreux par rapport aux autres conductivités plus intéressantes. Ainsi vous pourrez tout entendre sans pour autant avoir les oreilles saturées par des déchets ferreux dans un champ fortement pollué. 

Que faire si on entend un son constant avec son détecteur ?

Le son fort et clair du détecteur de métaux signale la présence d’un gros objet que vous pouvez essayer de déterrer, car il peut s’agir d’un trésor , et c’est suffisamment rare dans la vie d’un détectoriste pour ne pas en profiter. 

Mais la présence d’un bruit constant pendant le fonctionnement du détecteur de métaux doit alerter l’utilisateur, surtout si l’appareil commence à fonctionner de manière instable. Il peut y avoir plusieurs raisons à un bruit constant : interférence électrique, zone polluée en métaux, forte minéralisation ou sol humide, et la dernière raison la plus désagréable est un dysfonctionnement. 

Pour déterminer la cause, vous devez inspecter le détecteur de métaux, vérifier l’état de la bobine et du câble, mais si vous ne pouvez pas déterminer visuellement la panne, vous devez contacter le SAV de votre magasin.

Vous l’avez compris, les sons d’un détecteur et leurs décryptages sont votre salut. Voilà pourquoi il est absolument nécessaire d’utiliser un casque afin d’être bien à l’écoute des sons et de ne pas être déconcentré par les éléments qui vous entourent.

Sujets similaires

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers articles dans votre boîte mail, ainsi que le n°70 du magasine du fouilleur gratuitement en ebook

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *